l'histoire du Sanctuaire
Les étapes de la construction, la reconstruction et de l'évolution du Saint Sanctuaire d'Abbas
Les minarets et les dômes des deux sanctuaires de l’Imam Hossein(p) et Abbas (p) donnent une magnifique vue dans toute la ville de Karbala, et c’est ce qu’attire généralement l’intention du visiteur, ces beaux édifices font la fierté de la ville, le symbole de la révolution et de la gloire liées à Achouraa. Quand on se trouve devant les mausolées, on ne peut retenir ses larmes en pensant à ce qu’endura l’Imam(p) et Abbas(p), la mystérieuse épopée de Karbala marquera éternellement les esprits, l’Islam aurait probablement eu un autre parcours sans le sacrifice de Hossein(p). Il est vrai de dire : La naissance de l’Islam fut (grâce) à Mohammed, sa survie fut (grâce) Hossein. Les pèlerins commencent généralement par Abbas(p), considéré étant le bras ­droit de l'Imam Hossein(p), par respect à Hossein(p), c’est devenue la tradition des visiteurs. La Ziyara se fait près du tombeau, là où Abbas (p) fut mort et enterré le 10 Mouharam, l’an 61h, à quelques mètres de l’Euphrate, la tribu de Bani Assad se chargea de l’enterrement des martyrs, sous les directives de l’Imam Sajad Ali ibn Hossein (p), à quelques mètres plus loin de la tombe de l’Imam Hossein(p), on raconta que le corps d’Abou Fadhl al Abbas était tellement entaillé et découpé qu’il fut impossible de le déplacer, c’est pour cela que Sajad (p) ordonna de l’enterrer là où il fut tombé. Effectivement, l’éloignement de la tombe de celle de Hossein(p) est mystérieux, car avec le temps cela l’ honore de plus en plus ; cette particularité qui consiste à accorder un sanctuaire indépendant ainsi qu’une charpente indépendante, et donc avoir une distinction par rapport aux autres martyrs enterrés, eux, à côté de l’Imam Hossein(p), à l’intérieur de l'actuel sanctuaire.

D'après Zaeda ,l'Imam Sajad (p) rapporta que Zaynab (p) lui dit « Allah promit qu’il y aurai des gens que les Pharaons (les injustes de la communauté de l’Islam) ne connaîtront jamais, par contre ils seront salués par les gens des cieux, qu’ils viendront rassembler ces corps démembrés, les enterrer, et qu’il distingueront la tombe de ton père, bien marquée par un drapeau à sa mémoire et visible à tous, impossible à cacher ou à faire disparaître, malgré les efforts des infidèles et des égarés, Hossein (p) sera éternellement honoré, sa mémoire jamais outragée, et son nom de plus en plus élevé » ( extrait d’un long récit dans le livre Kamil Ziyarat, Jaafar ibn Mohammed ibn Qolawiah.)

Ibn Taous dans son livre al Iqbal dit « ils laissèrent une gravure sur la tombe visible permettant au fidèles de la distinguer »

Il est important de savoir que dans l’histoire du sanctuaire d’Abbas (p), toutes constructions, travaux effectués, restaurations, ont été réalisée pour l'ensemble des deux saints sanctuaire.
Les historiens rapportent que durant les siècles précédents, ce sont les chefs d’
Etats, les riches, les dons des fidèles qui permettaient cette construction, mais depuis la chute de Saddam le 9/04/2003 , on réalisa d' importants travaux et reconstructions sous la direction officielle des autorités religieuses de Najaf, et souvent par une main d’œuvre irakienne, faisant ainsi des importantes économies budgétaires.
Nous allons présenter les différentes étapes de la restauration dans le tableau suivant, selon le calendrier hégirien, sachant que jusqu’à 2003, il y eut pas d’énorme travaux ou projets, les améliorations furent minimes, tel que le changement d’une porte, une petite décoration sur la tombe. En revanche depuis 2003, le sanctuaire connut de réels projets;la différence entre l’avant et l'après chute (du dictateur) est évidente.
Voir plus
Le premier siècle
YXXetişmesi
Le troisième siècle
Le quatrième siècle
Le cinquième siècle
Le sixième siècle
Le septième siècle
Le huitième siècle
Le neuvième siècle
Le dixième siècle
Le onzième siècle
Le douzième siècle
Le treizième siècle
Le quatorzième siècle
Le quinzième siècle
Les étapes de la destruction et des attaques au Saint Sanctuaire
Les démolitions subies par le sanctuaire d’Abbas (p)



Le terrorisme et les tueries, agresser les visiteurs et les pèlerins caractérisent la malheureuse histoire des sanctuaires et des lieux saints, depuis la fins de la bataille de Karbala en 61h alors que le tombeau n'était que de simples petites pierre tombales.L'unique raison de ces attaques incessantes est le sentiment d'une éventuelle déstabilisation des régimes imposés car la liberté, révolutions,et opposition sont les principaux symboles de ces lieux qui font l’objets des attaques terroristes; la principale crainte des régimes politiques est celle de se trouver face à des soulèvements populaires défiant toutes répressions.

Zaynab fille d’Ali (p) dit à Ali ibn Hossein (p) « ils mettront un drapeau sur la tombe de ton père, sa mémoire jamais ne s’effacera au fil des nuit obscures ni au fil d
u temps, sa gloire défiera les efforts des mécréants , les tentations des égarés contre lui n'aboutiront à rien, au contraire ce le rendra plus élevé » Elle dit « Allah prit un pacte de la part de personnes de cette communauté, que les pharaons reconnaîtrons jamais mais ils seront salués par les gens des cieux, ils assembleront ces corps décapités, ces cadavres dispersés,les enterreront et mettront un drapeau ... » Elle continua « Allah enverra des gens de la Oumma (1) que les mécréants ne connaissent pas, ils ne participèrent point au massacres de Karbala, ni intentionnellement ni verbalement, ils couvriront ces corps et les enterreront , ils signaleront la tombe aux croyants(visiteurs) par un drapeau »(2)

Nous ne pouvons pas citer toutes les démolitions causées par les attaques, mais nous classeront majorité des événements chronologiquement. Depuis le massacre de Karbala et durant toute l’époque des omeyades le tombeau connut une sorte de trêve,un moyen de dissimuler leurs crimes comis contre les membres d'Ahlo-Baites (p) ,

n’osèrent donc plus toucher aux tombes des martyrs.



Abdel Malik ibn Marwan dit à Hajjaj ibn Youssef Thaqafi « épargne moi le sang de la famille d' Abou Talib car j’ai vu la mort terroriser la famille de Harb à cause du sang coulé de cette famille.

Hajjaj arrêta sa guerre aux tombes, de peur de perdre son trône, et non pas de peur d’Allah ! Et c’est ainsi que les tombeaux restèrent isolés jusqu’à l’époque des Abbassides.



En ce qui concerne les visiteurs, ils ne furent pas épargnés des poursuites des omeyades, car les sanctuaires furent entouré d’armés et de soldats, les pèlerins furent tués, pourchassé, et torturés, les abbassides terminèrent la mission des Omeyades avec les démolitions.(3)



------------

(1) Extrait d’un long Hadith de Kamil Ziyarat , ibn qawlawiah page 260­266.

(2) =

(3) Extrait d’Histoire de Karbala et Haer Hossein (p) (tombe), D. Abdel Jawad Klidar, page 192­193.
Voir plus
Le deuxième siècle
Le troisième siècle
Le neuvième siècle
Le treizième siècle
Le quinzième siècle
Les Servants du Saint Sanctuaire
Il est nécessaire qu’une organisation soit mise en place pour la gestion d’un lieu si important comme le sanctuaire de Abbas(p), surtout en ce qui concerne le grand nombre de visiteurs arrivé sur place par million chaque année, c’est pour cela il était nécessaire tout d’abord de nommer à la tête des gardien un supérieur, vu que les affaires des sanctuaires appartiennent aux fonds de dotations, le besoins d’un adjoint représentant s’impose, nommé par le chef religieux légitime comme ce fut autrefois, avant quelques période de guerre où les hommes de religion perdent tout légitimité sur ces lieux sacrés, jusqu'à la chute de Saddam, en 2003 le chef suprême religieux reprend sa place et nomma le directeur général du sanctuaire de son choix. On appela la personne qui dirige les affaires du sanctuaire le gardien, ou l’agent gardien, mais depuis 9/04/2003 on le nomme officiellement (le comité d e gestion), un comité exécutif temporaire nommé par le représentant les autorités religieuses à Karbala, répondant au besoin urgent pour la sécurité des fonds et le sanctuaire en général, et prenant compte de la situation politique et l’intervention américaine, ensuite et après quelques semaines le représentant général des autorités religieuses désigna un haut comité gestionnaire des sanctuaires de Karbala, et par écrit directement de la part des quatre grandes autorités religieuses de Najaf, dont l’autorité supérieur, et donc c’est ainsi que l’organisation de la direction fut mise en place, et on appelle le directeur de ce comité un Mochrif (le superviseur général) jusqu’à 20/07/2003 où les autorités désigna un Secrétaire général du sanctuaire appliquant la nouvelle loi n 19 de 2005, nous allons rappeler dans l’ordre chronologique tous les gardiens depuis le onzième siècle hégirien, il faut noter qu’entre le gardien ou le directeur général sortant et le nouveau, souvent il eut un vide de temps entre les deux, en attendant la désignation et l’officialisation du nouveau, il faut noter aussi qu’il y avait un seul gardien général pour les deux sanctuaire(celui de Imam Hossein (p) et Abbas (p) ) tenant compte de la grande responsabilité de ce dernier , il lui arrivait de charger un auxiliaire ou adjoint. Il n’y eut pas de document précis ou enregistrement de tous les gardiens des sanctuaires, l’histoire manque de beaucoup de noms et d’informations, depuis l’embargo des Omeyades puis les Abbassides sur les lieux saints et leur censure médiatique l’histoire des gardiens responsables reste incertaine. De 132 h jusqu'au milieu du dixième siècle hégirien, l’histoire n’est pas précise et reste pauvre en détails, le début n’est pas certain mais nous savons que ce fut Om Moussa la mère du calife abbaside Mahdi se chargea de nommer un chef responsable de la gestion des tombeaux avec un salaire, son fils Rachide fit de même, ce fut donc les premiers (sadanat) connus. C’est dans le livre Farhat Ghorye de Ibn Taous, qu’on parle clairement de ce rôle de gardien « Addad dawla Khasro Bowayhi visita Karbala en 371h, il offrit des cadeaux aux habitants de Karbala, par rang social et parmi ceux qui obtinrent des cadeaux ce fut le concierge et le gardien par l’intermédiaire de Abi Hassan Alawi, Abi Qassim ibn abi Abide et Abi bakr ibn Sayar » Il est fort probable que à l’époque la mission confiée au gardien fut une simple surveillance du tombeau et les affaires des pèlerins, sans l’étendre ses responsabilités dans toute la ville, car ce fut le commandant des Alawites qui se chargea de la sécurité de la ville étant donné le grand nombre des Alawites arrivés à Karbala à cette époque. Après l’invasion de l’Iraq par les Mongoles en 656h, les sources historiques sont très rares, nous n’avons aucune information concernant les gardiens des tombeaux. Au début du huitième siècle ce fut des hommes de la tribu de bani Assad ayant son influence sur Karbala est ses environs qui se chargèrent de la surveillance des tombeaux, saut que l’historien voyageur Ibn Batota dit dans Thfat Nadhar qu’un conflit se déclencha entre deux tribus Alawites ( la famille de Fayez et la famille de Zahik à karbala) un conflit laissant ses dégâts, et pour cause la direction des sanctuaires, qui finit sous la main de la famille de Fayez (10) Aux milieux du huitième siècle le responsable des tombeaux de l’Imam Hossein(p) fut Cheikh Mohammed chams­ dine al Haery al Assadi, Chahide thani fait allusion à cela aussi dans al Haer al hosseini, car al Assadi est un homme de hadith chez les chiites. Le docteur Imad Abdel Salam Raouf « les deux familles dirigèrent les sanctuaires par alternance, car l’accord fut qu’une prenne en charge le commandement l’autre la gestion et l’inverse, c’est ainsi qu’ils obtinrent un équilibre et arrêtèrent le conflit »
Cette autorité sur les sanctuaire prouva à plusieurs reprises ses capacité de protection ou de bonne gestion, comme la défense de la ville contre l’attaque des wahhabites (1216h­ 1220h), durant les attaques de Mohammed Najib Bacha en 1258h connu sous le nom de l’incident de Ghadir Dam( le fleuve du sang), durant la période sensible suivant la chute du dictateur Saddam, durant la présence les forces américaines en Iraq, cette autorité eut on sa plus grande influence quand elle s’allie au représentant des Alawites mais s’affaiblie rapidement après l’incident de Ghadir dam , et ce furent des hommes non Alawites qui eurent la gestion et l’autorité des sanctuaires durant plus de deux siècles, et jusqu'à la fin de l’empire ottoman (12) La direction des deux sanctuaires reste commune jusqu’à l’époque de Sayed Mostafa Diyaa Dine (de la famille de Dawi), lui qui finalement sépara l’autorité en deux parties ; jusqu'à nos jours sauf les trois mois suivant la chute du dictateur les deux directions sont indépendantes. A la tête de chaque comité un représentant des hautes autorité religieuses, désigné par ces derniers, qu’on appelle al mochrif (superviseur) et enfin une réelle séparation en nommant un secrétaire général pour chaque comité. Nous résumons les principaux hauts gardiens depuis le début du onzième siècle jusqu'à nos jours :
1­ Mohammed ibn Ni’mat Allah, gardien général en 1025, jusqu’à son décès.
2­ Cheikh Hamza Salami (de la tribu iraquienne arabe de Salalma) en 1091h et un peu après 1108.

3­ Cheikh Mohammed Charif en 1161h jusqu'à son décès.
4­ Cheikh Ahmad mort en 1187h.

5­ Cheikh Ali ibn Abdel Rassoul désigné en 1187h jusqu’à 1222, il est le grand père de cheikh Mohammed Ali Mahmoud Kichwan, de nos jours sa famille est connue sous le nom de la maison du Cheikh, appartenant à la tribu arabe de Jach’am.

6­ Cheikh Abdel Jalil Klidar nommé gardien général en 1224h mais il fut renvoyé pour des raisons inconnues

7­ Sayed Mohammed Darwich ibn Mohammed Al Thabith, de la famille de Thabith ibn Soltane Kamal Dine, le représentant des représentants iraquiens (une représentation syndicale) en 957, l’arrière­grand­père de la famille de Thabith à Karbala ; Sayed Mohammed Ali est désigné gardien général de 1225 jusqu’à1229h.

8­ Sayed Thabith ibn Darwich le frère de Mohammed Ali, de 1232 jusqu’à1238

9­ Sayed Hossein ibn Hassan ibn Mohammed ibn Hossein AAl Thabith nommé le 4 Chawal 1240

10­ Sayed Wahab Sayed Mohammed Ali ibn Abbas Al Ta’mah Alam Dine il fut gardien général du sanctuaire de l’Iam Hossein (p) puis il fut nommé gardien général pour le sanctuaire de Abbas (p).

11­ Sayed Mohammed ibn Jaafar ibn Mostafa ibn Ahmad Al Ta’mah (...) Ni’mat Allah ibn Ta’mah Alam Dine de la famille de Fayez Mousawi, nommé en 1250 pour une courte période.

12­ Sayed Hossein ibn Hassan ibn Mohamed Ali ibn Moussa al Wahab, nommé en 1254h – 1256 il démissionne et ce fut celui qui le précéda qui revient jusqu’à 1259.

13­ Sayed Said ibn Soltane ibn Thabith ibn Darwich Al Tahbith nommé en 1265 mort en 1285

14­ Sayed Hossein connu sous le nom de Nayeb Tawlia, le fils du précédent gardien, nommé après la mort de son père, Sayed Hossein ibn Sayed Mohammed Ali Al Diyaa Dine le remplaça puis finit par être nommé officiellement à son tour.

15­ Sayed Hossein ibn Mohamed Ali ibn Mostafa ibn Mohamed ibn Charaf Dine ibn Yahya ibn Ta’mah de la famille de Ta’ma Kamal Dine.

16­ Sayed Mostafa le fils de ce dernier nommé au début de 1289, il reste en poste de gardien général jusqu’à 1297

17­ Sayed Mohammed Mahdi ibn Mohammed Kadhem ibn Hossein Darwich ibn Ahmad Al Ta’mah dont le grand père est Alam Dine Fayezi, il est nommé en 1297 jusqu’à 1298 il est destitué.

18­ Sayed Mortada fils de Mostafa (gardien n 15 de cette liste) il était jeune quand il fut nommé à la tête de cette direction, remplacé par le précédent, mais quand ce dernier fut isolé par le gouverneur de Bagdad en 1298, Sayed Abbas Sayed Hossein Al Diyaa Dine le remplaça jusqu’à l’âge légal, il y resta jusqu’à 1357, ce fut lui le réalisateur du projet des fontaines d’eau à Karbala.

19­ Sayed Mohammed Hassan Al Diaa fils du précédent gardien connu sous le nom de Agha Hassan de 1257h à 1372

20­ Sayed Badr Dine Al Diyaa fils ainé du précédent gardien.

21­ Sayed Mohammed Hossein ibn Sayed Mahdi Al Diaa Dine nommé en 1402 jusqu’à 1411, isolé de la part de Saddam pour des raisons politiques accusé d’avoir participé à la révolution de Chaaban (Intifada Cahaabani)

22­ Sayed Mahdi Fadhel Ghoraby nommé en 1412 par le gouvernement de Saddam, ce gardien est renvoyé à la chute du dictateur.

­ Le représentant des autorités religieuses Abdel Mahdi Karbalaei de 9/4/2003 / 7 safar 1424 jusqu’à la désignation du haut comité le 25 Jomada premier 1424 suite aux fatawa des hautes autorités religieuses demandant qu’on remette la direction des sanctuaires au chef suprême légitime, et ce dernier nomme le haut gardien de son choix.

24­ Le haut comité gestionnaire des sanctuaires de Karbala composé de : Sayed Mohammed Hossein Tabetabay, Sayed Ahmad Jawad Nour Safy, Sayed abdel Mahdi abdel Amir Jodo’ Salami, ce comité fut composé le 25 jomada premier en 1424 par le chef des autorités religieuse et autres hautes personnalité religieuses aussi.

25­ Sayed Ahmad Jawad Nour Safi désigné le 20/7/2006, puis il fut nommé secrétaire général après la nouvelle loi de 2005 établie par le parlement iraquien, qui impose l’accord du haut chef religieux dans le choix des secrétaires généraux pour chaque sanctuaire, avant de confier cette mission du choix au président des dotations des fonds, Safi est toujours secrétaire général jusqu’à 2013, et c’est lui qui remet l’indépendance de chaque sanctuaire et séparer les deux comités.
Voir plus
Calder
Alkaldar : Ce mot connu et réputé pour l’homme d’administration ou le délégué d’administration d’un sanctuaire saint, et qui est en ancien Ottoman en terme (Khazen) ou (Saden), et qui est une source de fierté et distinction de celui qui le porte, et n’était à n’importe qui, mais héréditaire de père en fils et un signe de distinction et fierté de la tribu ou la famille, comme il est le cas pour l’Emir du Hajj et l’administration de la grande mosquée depuis longues dates, et c’était un poste hériter que dans les familles honorables de Karbala (Al Saddah), comme ils étaient les privilégiés pour ce poste que d’autres familles ou héritier. Et plusieurs familles de Karbala avaient servi avec fierté et bienveillance d’autant qu’ils sont les serviteurs du visiteur venu visiter les sanctuaires saints de Karbala, et ils ont partagé ce rôle, et chaque famille était connu pour son rôle et le travail qu’elle accomplit, que les surnoms pour leurs rôles est devenu plus important que le nom de leur tribu, comme maison Alkaldar, maison Chamaa, maison Qindil, maison Kichwan et autres. Et après 9/4/2003, un comité a été établi pour gérer le sanctuaire saint Abbasside, a été formé dans chacun des sanctuaires saints Husseinite et Abbasside un comité provisoire par l’autorité religieuse suprême, qui a abordé ce sujet, du fait que l’état légitime des sanctuaires saints leurs sont dues, selon la jurisprudence d’Ahl Al Bayt (p), ainsi qu’il était urgent d’éviter le vide administratif en même temps que le danger qui a pris d’assaut le pays après la chute du régime du pouvoir, et aucune partie n’est plus honnête et légitime que l’autorité religieuse suprême pour résoudre ce problème, et a été formé après quelques semaines (le comité supérieur de direction des sanctuaires saints à Karbala) écrit par l’autorité religieuse suprême à Najaf, et le comité supérieur est devenu directeur légitime du sanctuaire saint, qui a nommé un personne (superviseur) dans chaque sanctuaire saint afin d’exécuter les décisions du comité, et le comité a dirigé les sanctuaires saints Husseinite et Abbasside, chaque sanctuaire saint avec sa propre direction jusqu’au 20/07/2006.
Où l’autorité religieuse suprême à Najaf saint a ratifié la nomination du (Secrétaire général) du sanctuaire suivant la nouvelle lois qui dirige les sanctuaires saints n° (19) émis la fin de 2005, et de ce fait ce nom a remplacé le nom (Al Kaldar) ou (Saden) qui été en pratique et conformément à des règles et lois de cet époque, et la direction des sanctuaires saints à Karbala est devenu dans les mains du directeur légitime qui réunit tous les conditions et dans le cadre juridique de la constitution irakienne.
Comme nous parlons du sanctuaire saint Aba Al Fadl Al Abbas (p) et son administration, nous allons souligner les noms qui ont pris ce poste d’administration du sanctuaire saint et avec les dates depuis le 1ème siècle AH.
Il est à noter qu’il y a des décalages dans le temps entre les dates de fin et date de début de l’occupation du poste.
Ce qui montre le manque de coordination entre la période de la fin d’occupation du poste et la prise du poste par le nouveau administrateur, de même qu’il n’y a aucun document qui explore l’histoire de Sadannah pour les deux sanctuaires saints, et la sadanah depuis la construction du bâtiment sur la tombe sainte, et plus précisément depuis l’effondrement du blocus armé imposée par les Omeyyades et Abbassides – quoique inégale – sur le lieu saint, et ce pour noircir le tableau et bloquer l’information et empêcher la fourniture spirituelle de la visite de la tombe sainte de l’imam, et on peut considérer que l’histoire de Sadanah est depuis l’an (132 AH) jusqu’à la moitié du 11ème siècle est ambiguë (5), et les livres d’histoire n’ont jamais traité le sujet de la sadanah, ou quelques peu, et tout ce que nous savons de la Sadanah au début du temps que la mère de Moussa qui est la mère du gouverneur Abbassi Al Mahdi, a ordonné que des serviteurs chargés du service et les affaires de la tombe sainte et leur a fourni un certain salaire, et (Al Rachid) a suivi son exemple en premier temps, et il y avait les premiers Sadanah officiels du lieu saint (6) et bien sûr responsables des deux lieux sacrés, et la Sadanah était mentionné pour la première fois dans le livre (Farhat Al Ghari) de Ibn Taouss, quand il a visité le gouverneur (Fana Khasrou Al Buweihi) à Karbala en l’an 371 AH a fait des éloges sur le peuple de Karbala ( pour chaque segment de la société) comme : Le magasinier (Al Khazin), le portier sur les mains d’Aba Al Haddan Al Alaoui et Aba Al Qassim Ibn Abi Abid et Abi Bakr Ibn Sayar (7).
Il est susceptible que le pouvoir du Khazen – aussi appelé plus tard (Saden)- se limitait à la protection du caveau sainte de l’Imam Al Hussein (p) et la direction des affaires des visiteurs, sans que ce soit étendu sur toute la ville, et probablement le représentant des Achraf qui prenait ce poste, à cause du grand nombre des Alaouite installés dans la ville à l’époque (8), puis le poste était pris par la tribu de Bani Assad lors du 8ème siècle AH qui était plus imposante et plus grande tribu proche de la ville, mais le voyageur (Ibn Batouta) a mentionné dans son voyage (Touhfat Al Nadar) qu’il y a eu un affrontement entre deux tribus Alaouite qui sont Al Faez et Al Zahik à Karbala et à cause de cet affrontement la ville était détruite (9), et quelques sources montrent que la cause de cet affrontement était la prise du contrôle du syndicat AL Haer et Sadnah AL Machhad AL Husseini, comme la Sadanah était à Al Faez (10).
Au milieu du 8ème siècle AH, le responsable du lieu saint de l’imam Al Hussein (p) était Cheikh Mohammed Chams Eddine Al Ha’iri AL Assadi, ce qui est indiqué dans son second témoignage dans sa mémoire dans Al Ha’ir Al Husseini (11).
Nous vous référons ici les noms de ceux qui ont pris la Sadanah du sanctuaire saint Abbasside comme représentant ou délégué du Saden du jardin Husseinite ou indépendant de ce dernier, depuis le début du 11ème siècle AH jusqu’à maintenant :
1- Muhammad bin Ne'matullah, était Khazen depuis (1025 AH) et a continué ce travail jusqu'à sa mort.
2. Cheikh Hamza al-Salami (par rapport au clan arabe irakien salami, et ils sont des clans relativement Khazraj Alozdih Qahtanite) de l'année 1091 AH jusqu’après l'an 1108 AH.
3 - Cheikh Mohammed Sharif, qui a repris la Sadanah après la mort du dernier Saden et a été Saden en 1161 jusqu'à sa mort.
4 - Cheikh Ahmed Al-Khazen a assumé les fardeaux du Sadanah après le départ de l'ex-Saden et est mort en 1187 AH.
5. Cheikh Ali bin Abdul Rasul, et a pris Sadanah en 1187 AH et a poursuivi sa mission au-delà de l'année 1222 AH jusqu'à sa mort, et il est le grand-père du défunt Cheikh Mohammad Ali Mahmoud Alkamuan dans le jardin Saint abbasside, et sa famille est connu à l'heure actuelle la maison du cheikh, et appartiennent à la Tribu arabe Jach’am.
6- Cheikh Abdul Jalil Al-Kaldar, qui a repris la Sadanah en 1224 AH, et a été isolé de son travail pour des raisons inconnues.
7. Sayeed Mohamed Ali Darwish bin Mohammed Al Thabet, par rapport à ibn Sultan Kamal al-Din capitaine des capitaines de l'Irak en l'an 957 AH, l'ancêtre de la famille Al Thabit à Karbala, a pris Sadanah en 1225 AH et au-delà de l'année 1229 AH.
8 – M. Thabet bin Darwish, frère de l'ancien Saden, et était Saden en (1232 e) et au-delà de 1238 AH.
9 - M. Hussein bin Hassan bin Mohammed ben Hussein Al Thabit, qui est le grand-père suprême de l'Al Wahab, a pris la Sadanah le 4 Shawal en 1240 AH après l'isolement de l’ancien Saden.
10. M. Wahab Mohamed Ali bin Abbas Al Alam Tohme ‘ilm Eddin, d'Al Tohme, était Saden du cimetière Husseinite sainte après il prit la sadanah du cimetière Abbasside en l’an 1243 AH.
11 - M. Mohammed ben Jaafar bin Mustafa ben Ahmed Al - Tohma attribué à bin Taema ‘ilm Eddine de Al Fayz al Mussawi, et fut le Saden du cimetière en 1250 AH mais pour une courte période.
12. M. Hussein Hassan bin Mohammed bin Ali ibn Musa al-Wahab, a pris Saddanah en 1254 AH après le licenciement de l'ancien Saden, est resté jusqu'à l'année 1256 AH, où il a été relevé de son poste et l’a occupé l’adjoint de l’ancien Saden jusqu'à l'année 1259 AH, où M. Hussein Wahab est revenu à nouveau pour le poste de Saden jusqu'en 1265 AH, où il a été isolé du poste.
13. M. Saïd bin Sultan bin Thabit bin Darwish Al Thabet, a pris la Saddanah en 1265 AH pour deux mandats, l'un de la dynastie Sultan Kamal al-Din, il a repris après le licenciement de l'ancien Saden, et il est mort en 1285 AH.
14. M. Hussain connu par « vice-responsable » de Al Tabit, fils de l'ancien Saden, a pris le poste après le départ de son père, et à cause de son jeune âge, le poste était occupé en son nom par M. Hussein bin M. Mohamed Ali Al Diaa Eddin, qui a survécu à la période et a pris la Sadanah officiellement au lieu de M. Hussein.
15 M. Hussein Mohammed bin Ali bin Mustafa bin Mohammed bin Sharaf al-Din bin Diaa al-Din ibn Yahya bin Tohme (I), l'un des fils de tohme Kamal al-Din al Faezi, et il a repris le poste en 1282 AH, jusqu'à sa mort en 1288 AH.
16 M. Mustafa fils de l'ancien Saden, où il a succédé à son père dans les tâches de Saddanah après son départ au début de 1289 AH et a occupé le poste jusqu’à sa mort en 1297 AH.
17 M. Mohammed Mahdi bin Mohammed bin Hussein Kazem bin Ahmed Al Darwish Tohme, et appartient à la famille Tohme al-din Faezi et a pris la Saddanah en 1297 AH jusqu'à l'année 1298 AH, où il a été isolé.
18 Le fils de M. Murtaza Mustafa, et celui-ci est Saden qui est le quinzième de l’alignée, et il était jeune quand il a eu la Saddanah, a été nommé à son nom l’ancien Saden, et quand il était isolé par le Wali de Bagdad en 1298 AH, le poste était repris à son nom par le jeune Saden M. Abbas M. Hussein Al Diaa Eddin, jusqu’à ce qu’il atteint l'âge de la majorité, et y est resté jusqu'à sa mort en 1357 AH, et il est le propriétaire du projet liquéfier l'eau dans la ville sainte de Karbala, qui a reçu un privilège spécial pour son pouvoir, qui était en 1357 son bref résumé de 17/05/1938.
19 M. Mohammed Hassan Al Diaa Eddin, fils de l'ancien Saden et connu sous le nom (Agha Hassan) a pris la Saddanah après le départ de son père en 1357 AH, et a eu aussi le projet du réseau d’eau, et a continué sa Saddanah jusqu'à sa mort en 1372 AH correspondant à 1952.
20 Sayyid Badr al-Din al-Din Al Diaa Eddine est le fils aîné de l'ancien Saden et a repris la sadannah après le départ de son père.
21 - M. Mohamed Hussain bin M. Mahdi Al Diaa al-Din a pris la Saddanah en 1402 AH et a continué jusqu'à 1411 AH/ 1991, il a été enlevé de son poste par le régime fachiste Ba’ti en le considérant collaborateur et participant avec les rebelles du soulèvement populaire.
22 M. Mahdi Fadhil Ghurabi, a repris Saddanah en 1412 AH/ 1991, nommé par le régime au pouvoir à l'époque, et a pris fin avec la chute du régime en 9/4/2003 correspondant à 7 Safar 1424 AH et avec lui la période de Sadannah s’est terminé.
23. Le Comité pour la gestion du seuil sacré Abbasside, présidé par Son Eminence Ahmed Al-Safi (Longue Azza).
24 - (Comité suprême pour la gestion des seuils à Karbala sainte) et composé de leurs éminnece l’Allama Hojjat al-Islam M. Mohammed Hussein Tabatabai, son éminence Sayeed Ahmed Jawad Nour Al Safi et son éminence Sayeed Cheikh Abdel Mahdi Abel Amir Judu’ Salami AL Karbalai (LV), le Comité a été formé le 25 mai 1424 AH, il a été proclamé par l'autorité religieuse suprême et approuvée par les autorités religieuses suprême avec autorisation écrite , la Commission a pris les affaires de Saddanah des saints seuils Husseini et abbassi, et ont nommé (Hajj Abdel Hadi Abdel Jalil ) comme superviseur des affaires d’administration du sanctuaire saint Abbasside comme directeur exécutif selon les recommandations du comité, qui a continué son travail jusqu’à 19/07/2009, qui est la date de fin de la direction du comité supérieur sur les deux sanctuaires saints.
25. L'argument de l’islam son éminence Ahmed Jawad Nour Al Safi (LV) qui a pris le secrétariat général du sanctuaire saint en 20/07/2006, a été nommé secrétaire général après l’application de la loi (19) de l’année 2005 publié par l’assemblée national élu (Parlement irakien), qui rejoint l’accord l'autorité religieuse suprême pour la nomination du Secrétaire général pour chaque seuil avant l'émission de l'ordre administratif nommé par le chef de la Fondation chiite (égal au pouvoir, ministre des Awqaf et des affaires religieuses de l'ancien gouvernement, qui est actuellement nommé par l'approbation de l'autorité religieuse suprême aussi selon la loi actuelle irakien à cet effet et qui été émis aussi par le parlement) et son éminence Sayeed Al Safi est resté à son poste jusqu’au 21 Rabii Awal 1437 AH 2/1/2016, où le président du Diawan Chiite ; son éminence Sayeed Alaa Moussawi – LV – a publié la nomination de l’ingénieur Mohammed Al Achiqer (secrétaire général), et cette publication été prise après que le bureau de l’autorité religieuse suprême Sayeed Ali Al Husseini Al Sistani a publié un accord écrit le 19 Rabii Awal 1437 AH correspondant au 31/12/2015 la nomination de son représentant dans la province de Karbala ; l’Alama Cheikh Abdel Mahdi Al Karbalai responsable légitime du sanctuaire saint Husseinite et son représentant l’Alama l’argument Sayeed Ahmed Al Safi responsable légitime du sanctuaire saint Abbasside.
Sayeed l’ingénieur Mohammed Al Achiqer ; secrétaire général du sanctuaire saint Abbasside, après la fin de la période d’administration de l’ancien secrétaire général, et selon la loi de direction des sanctuaires saints et lieux chiite en Irak 19-26 de l’an 2005, et la loi 57 du travail du Diwan Waqf Chiite, et dans la même date, Sayeed Jafar Al Moussawi été nommé secrétaire général du sanctuaire saint Husseinite, après l’accord de l’autorité religieuse suprême son éminence Sayeed Ali Al Husseini Al Sistani (LV).
Comme la loi ci-dessus conformément à l'article IV de la nomination des secrétaires généraux des seuils et lieux saints de l'Irak avec l’accord de l’autorité religieuse suprême - une phrase mentionnée dans la loi- décrit comme l’autorité religieuse suprême a été défini par la loi comme (l'une des références de Najaf, qui est élu par la majorité des chiites en Irak ), où la loi a été promulguée et est entré en vigueur après sa publication dans la Gazette de l'Irak au cours des derniers jours en 2005, selon la Constitution, qui a été approuvé par le peuple irakien 15/10/2005.
Le projet de loi (19) a été écrite par des experts en droit, et sous la supervision de l'autorité religieuse suprême, les dispositions du moratoire sont autorisées conformément à la Constitution irakienne.
Marges :
(5) Avec l’accord du site officiel du seuil sacré Husseini www.imamhussein.org, a été pris quelques paragraphes pour la dernière spéciale source (4), rédigé par Sayeed Alaa Nasr Allah.
(6) Histoire du Tabari – c 10/ Jarir Tabari : p118 (édition Londres).
(7) Farhat Al Gari/M. Ibn Taouss : p40.
(8) Les familles gouvernantes et hommes de direction et de loi en Irak/ Dr Imad Abdel Salam Raouf : p363.
(9) Touhfat Al Andar : Ibn Batouta : p111.
(10) Magazine (Les crayons) – c 10 quatrième année : p 124, article (Karbala à l’ère du Mogol Aylkhani. Ecrit par : Sayeed Adil Abel Saleh Al Kalidar).
(11) Moustadrak Al Wassael – c3/ Cheikh Al Nouri.
Voir plus
Date de disjonction des deux administrations des deux sanctuaires saints
Des sources historiques nous ont montré que la direction des deux sanctuaires saints et sa gestion par le superviseur ou Saden était dans la Rawda Husseinite, mais à la Rawda Abbasside avait un représentant ou adjoint, et cette situation a durée un siècle, où le nom d’honneur de cette tâche est (Al Calder) des deux sanctuaires saints, et son siège au sanctuaire saint Husseinite, accueillant les dignitaires, voyageurs et rois, et c’est ce que nous avons constaté dans les documents et précieux offerts aux deux sanctuaires saints, cette Sanadah (gestion) avait un rôle important et un grand impact suivie par une force réelle dans la ville pour la préservation et la sécurité de la ville sainte, et a pu avec la force publique d’affronter les raids Wahabites en (1220 AH – 1260 AH) et aussi lors de la compagne de Najib Bacha en 1258 AH connue sous le nom (Incident Ghadir Dam) et cet institution a atteint le sommet de la force quand elle a était rejoint par le syndicat des dignitaires et le gouvernement national pendant le quatrième aire de ce siècle, mais cette force s’est détériorée rapidement quand la ville était frappée lors de l’incident Ghadir Dam et son invasion, et alors pour la première fois après deux siècles, la Sanadah était prise par des hommes qui n’ont aucun rapport avec la famille Alaouite, et cette Sanadah a continué jusqu’à la fin de la domination Ottomane et après (12), et la Sadanah (gestion) commune des deux sanctuaires saints jusqu’à l’aire du Saden Sayeed Motradha et Sayeed Mustapha Dia Eddine (Al Dawi) et le dernier a essayé de séparer la Sadanah du sanctuaire saint Abbasside de celle du sanctuaire saint Husseinite, et a pu réussir cela, et chaque Sadanah a pu travailler seule jusqu’à nos jours, à part trois mois qui ont suivi 09/04/2003, où la Sadanah était avec le représentant de l’autorité religieuse suprême à Karbala et y avait dans chaque sanctuaire un comité administratif, suivi de trois ans où un comité tripartie chargé de l’autorité religieuse suprême à Najaf d’accomplir les tâches de nommer des responsables légitimes du sanctuaire saint Husseinite et du sanctuaire saint Abbasside, et était nommé des représentants comme directeurs exécutifs du programme de développement et administratif avec le nom (superviseur), et le comité a été dissous au moment du développement du travail et ces deux membres (après la mort du troisième) sont devenus (Responsable légitime) distinct du dernier nommé secrétaire général de chaque sanctuaire, et avec cela l’indépendance de chaque Sanadah a été rétablie le 20/07/2006.
Marges :
(12) – Les familles gouvernantes et hommes d’administration et de justice en Irak/ Dr. Imad Abdel Salam Raouf : page 364.
Voir plus
Le Sanctuaire reprend sa légitimité administrative
Après la chute de Saddam le 9/4/2003, les fidèles craignirent la perte des lieux saints en Irak vu le contexte politique de l’époque et l’effondrement de beaucoup de d’instituts publiques et l’insécurité régnant sur l’Iraq à cause des attaques terroristes qui ciblaient surtout les mausolées.C’est pour cela que des volontaires des habitants de Karbala s’organisèrent pour assurer la sécurité des pèlerins et la protection des processions des visiteurs.

L’enchaînement des événements imposa un besoin de former un groupe dirigeant ces lieux saints pour gérer leurs affaires. Deux directions ont été désignées, une pour chaque sanctuaire ; sous la surveillance du bureau des Hautes autorités religieuses de Karbala. Après quelques mois, elles furent remplacées par un comité supérieur en obtenant une autorisation écrite de la part des autorités religieuses de Nadjaf Achraf pour unir l
a gestion des deux sanctuaires.Actuellement il y a deux secrétaires généraux à la tête de ce comité et Sayed Mohamed Hossein Tabetabaei, c’est ainsi que la légitimité revint, finalement après une longue absence aux sanctuaire. La nouvelle structure créa de nouvelles formations (configurations) dans divers domaines : culturel, enseignement, médiatique, financier, médical, service.ce qui donne une image plus moderne à la structure mise en place.Voir plus
Le sanctuaire saint Abbasside sous la nouvelle direction
Après avoir exposer les étapes historiques de Sadanah ainsi que les situations vécues lors de multiples périodes de cette ville et son développement et le passé des lieux saints en Irak y compris le sanctuaire saint Abbasside, qui a vu une augmentation du nombre des visiteurs et arrivés de tout les environs, et en raison de cela et en fonction des circonstances environnantes en raison de cette augmentation du nombre de visiteurs a ajouté de nouvelles charges sur l’administration, ce qui a conduit a une augmentation de la structure administrative au fil des jours, pour atteindre la plus grande taille de cette structure après la décision de formation d’un haut comité pour sa gestion, et de ce fait a été nommer le secrétaire général du sanctuaire saint représenté par son éminence Sayeed Ahmad Al Safi, et avec cette direction une nouvelle évolution est devenue une institution complète avec d es travaux d’ingénierie, de service, de culture, d’éducation, d’administration et des finances et autres qui répondent aux besoins de l’époque et qui offrent les meilleurs services aux visiteurs. Les structures précédentes n’étaient pas présentes, mesurées à ce qu’elles sont actuellement, car elles étaient sous forme de groupe de serviteurs qui stockaient les cadeaux et nettoyaient, et à leur tête le Saden, et après a eu un service d’électricité et climatisation qui servait juste le sanctuaire, et cette structure n’était pas proportionnelle à l’importance du sanctuaire saint.
Ainsi les comités de travail créés au sanctuaire sous la nouvelle administration légitime avant la mise en œuvre de la loi de gestion des sanctuaires et lieux saints Chiites n° 19 de l’an 2005 le 20/07/2007, comprenanait : Le comité de la protection et entretien du sanctuaire, comité des projets et d’entretien, comité des cadeaux et offrandes, comité des médias, comités des serviteurs, et ces comités comprennent les département suivants : La protection extérieur du sanctuaire, le nettoyage de la nef, comptabilité, les magasins, l’accueil, les perdus, l’orientation et information religieuse.
Après l’application de la loi et la création du secrétariat général du sanctuaire saint Abbasside, la structure administrative du sanctuaire saint a été divisé en départements remplaçant les comités puis les divisions et unités, des comités sont devenus départements, et quelques-uns ont été fusionné avec la création de nouveaux départements conforme à la nouvelle structure et cette loi, avec la création de nouvelles divisions et unités, pour transformer le sanctuaire en une ruche d’abeilles dont chaque individu connait son devoir et soutien d’autres, et avec ce travail acharné et en un temps record au milieu des conditions politiques et de sécurité complexe – le sanctuaire saint a atteint une position relativement avancée en matière de développement urbain ,culturel, d’information et de services et d’autres, sachant qu’en particulier que cette jeune direction a créé les structures de services qui n’existaient pas avant comme l’éducation, religieuse, culturelle, médiatique et d’ingénierie avec tous leurs aspects et autres structures de service, car il y avait au paravent que deux structure modeste comme la structure de nettoyage et une autre structure qui comprend les affaires d’électricité et de climatisation qui sont devenu des institutions de service et technique avec un haut niveau de développement et structuration administrative. La direction actuelle et avec son personnel continue ses efforts, et nous pouvons dire que la structure administrative actuelle du sanctuaire a pu formuler et créer toutes les structures de services actuelles, et la réalisation quinquennale de cette formation des départements et leurs divisions venues après la chute du régime équivaut à ce qui a été accompli dans plusieurs siècles par les administrations précédentes.
Le travail continue afin de faire du sanctuaire saint – comme voulu par la référence – un phare de lumière et de science au monde ainsi que son rôle avant et maintenant de l’éducation spirituelle et religieuse, quand les visiteurs rendent hommage à celui qui s’est sacrifié pour la religion, car son âme les couvre et accompli leurs besoins et son intercession chez le Seigneur….
Par conséquent, cette étape historique brillante dans l’histoire du sanctuaire saint représente un tournant décisif digne de reconnaissance et connaissance de ce qui a été créé par le système administratif intégré composé de départements, divisions et unités, dont certains sont sous forme d’ateliers pour les employés irakiens spécialisés, et comprend les spécialités suivantes : ingénierie, éducation, culture, médias, service, médical et autres sous forme d’institutions de service.
Voir plus